La pêche à la truite, top départ


Depuis le 13 mars, les pêcheurs de truites peuvent de nouveau mettre les cannes à l’eau dans les rivières de 1ère catégorie, comme l’Iton. Largement privés de leur loisir l’an passé, nombreux sont ceux à attendre avec impatience l’ouverture de la pêche.

Période de fraie terminée, la pratique peut donc reprendre sur les berges des rivières. Si l’ouverture est attendue tous les ans par les fans de pêche, cette année Evan (18 ans), Christopher et Clément (14 ans) étaient particulièrement pressés de ressortir leurs cannes. Malgré une météo capricieuse, ils étaient présents sur les berges de l’Iton du centre-ville d’Évreux dès 7h du matin. « Ça fait 7 mois que j’attends de retourner pêcher » s’impatiente Evan, pêcheur depuis l’âge de 5 ans. « J’ai acheté une nouvelle canne pour l’ouverture, on est motivé avec les copains. La pêche est pour moi une sorte de retour aux sources, j’aime être dehors ». Habitant l’Aigle depuis peu, Christopher est venu retrouver ses amis pour cette journée pêche. « Je me suis levé à 4h50 pour être à 7h sur les berges. Peu importe la météo, je suis présent car je fais l’ouverture tous les ans ». Engouement ressenti également par l’association la Truite de l’Iton. « À ce jour, nous avons vendu presque 600 cartes de pêche, ce qui est plus que l’an passé à la même date mais moins qu’il y a deux ans » indique Patrick Breton, président de l’association. « La pêche n’est pas interdite mais il faut respecter la règle des 10 km autour de son domicile ». Après une année rythmée par les confinements, le couvre-feu et la nécessité de respecter les règles sanitaires, les loisirs de plein air -surtout pratiqués en individuel- offrent aujourd’hui une possibilité de s’aérer, de profiter de la nature en toute quiétude. Second temps fort attendu par les pêcheurs, le 24 avril avec l’ouverture de la pêche au brochet. « À cette date, nous connaissons habituellement un pic des ventes de cartes de pêche, nous espérons qu’il en sera de même cette année » observe Patrick Breton. Axé sur le respect de la nature, ce loisir demeure relativement abordable. « Les cartes de pêche sont à acheter dans l’association de pêche de son choix. Une carte pour une association coûte 83 € et majorée du timbre de réciprocité de 7 € permet de pêcher sur tout le département, une carte interfédérale de 100 € offre la possibilité de pêcher pratiquement dans la France entière ». Mais dans l’Eure déjà, les beaux itinéraires de pêche ne manquent pas. Les repérages des parcours pêche de l’association sont à retrouver sur le site de la Truite de l’Iton.



Aurélie Bourgeaux
07/04/2021