La vie aux Jardins d’Imbermais a repris son cours


Les jardiniers ont mis l’hiver à profit pour tailler les arbres et effectuer les premières plantations. Avec l’arrivée du printemps, les premières récoltes sont au rendez-vous.

Le régal des connaisseurs, les asperges vertes sont de retour avec leur saveur inégalée si faciles à préparer. Aux Jardins d’Imbermais, la cueillette a repris, radis croquants et colorés, épinards, navets nouveaux, salades variées, mesclun, bettes et persil odorant sont là pour amorcer le renouveau dans les assiettes. C’est l’occasion de prendre un bon bol d’air, d’oublier l’hiver et se projeter vers la belle saison. Les jardiniers sont à l’œuvre plantant tomates et aubergines et effectuant les premières récoltes. « À chaque semaine, sa nouveauté pour avoir une régularité de production », confie Jean-Luc Gauthier. Dans quelques jours suivront les légumes primeurs, carottes, pommes de terre et oignons nouveaux. Début mai sera le retour des fraises. Comme chaque année, Christine Cernay a préparé ses plants potagers et herbes aromatiques. Salades, fraisiers, pommes de terre, tomates, courgettes, poivrons aubergines mais aussi persil coriandre, menthe, sauge, romarin ou cerfeuil, tout une gamme de produits maison pour se faire plaisir en cultivant son jardin avec des produits de qualité. « Ils seront disponibles jusqu’à fin mai », précise Jean-Luc Gauthier. Aux Jardins d’Imbermais, les plaisirs sont multiples. Chaque mercredi et samedi après-midi, le chalet est ouvert pour le goûter à la ferme qui remporte un vif succès. Crêpes, jus de fruits maison et glaces sont à emporter. Au magasin une quarantaine de produits locaux sont disponibles, conserves, charcuteries, laitages, fromages, jus de fruits et pétillants aux fruits, confitures et compotes sans oublier les poulets maison élevés avec les céréales cultivées sur l’exploitation. « Pour venir ici en période de confinement, à moins de 10 kilomètres justificatifs de domicile ou carte d’identité suffisent, au-delà de 10 km, il faut cocher la case 6 pour achats essentiels et si on habite dans un département frontière de l’Eure-et-Loir une tolérance de 30 kilomètres est acceptée », rappelle Jean-Luc Gauthier.

Lutte contre le gel 

La météo n’a pas épargné l’Eure-et-Loir. Les trois jours de gel important qui ont touché la France en ce début du mois d’avril ont aussi concerné les 3 hectares d’arbres fruitiers des Jardins d’Imbermais. « Pendant cette période, jours et nuit, nous avons entamé une lutte contre le gel. Nous avons brumisé les fleurs et les bourgeons des arbres fruitiers pour former un petit igloo autour afin de les protéger du gel », explique Jean-Luc Gauthier qui avec son frère Patrick et sa sœur Christine ont mis tous les moyens en leur possession pour sauvegarder leur verger. « Nous avons installé des voiles d’hivernage pour protéger certains arbres mais cela n’est pas efficace à 100 % », estime le jardinier. Pommiers, poiriers, pruniers, cerisiers de Montmorency, groseilliers et cassissiers ont souffert de ce coup de froid tardif. « Nous pourrons estimer les dégâts dans une quinzaine de jours », estime Patrick Gauthier.

2, chemin des Aubépines - Imbermais
28500 Marville-Moutiers-Brûlé
02 37 38 42 03
jardinsdimbermais@gmail.com
www.jardins-imbermais.fr



Annie Duval-Pétrix
15/04/2021