Les premiers allemands sont arrivés sur la Base


Concrétisation de l’escadron de transport franco-allemand, la Base Aérienne 105 accueille depuis le 1er avril 25 militaires et civils allemands, accompagnés pour certains de leurs familles. Si 70 militaires sont prévus d’ici la fin de l’été, les arrivées s’échelonneront jusqu’en 2024, de même que les C-130J, avions de transport tactique.

A terme, ce sont 130 militaires et civils allemands qui seront colocalisés sur la BA aux côtés de 130 militaires pour certains originaires de la Base d’Orléans, qui pour leur part, arriveront fin juillet. Le lieutenant-colonel Armin, officier mécanicien fait partie des précurseurs présents à Évreux après deux ans passés à Orléans sur les C-130J français. « Les militaires allemands mutés à Évreux sont tous volontaires, leur mission aura une durée de 6 ans, renouvelable de 3 ans ». Si les accords franco-allemands sont déjà existants depuis 1989, un escadron mixte de cette ampleur est une première. « L’escadron sera composé de dix appareils de transport, 6 avions allemands et 4 français dont l’utilisation et la maintenance seront mutualisés » précise le colonel Sébastien Delporte, commandant de la BA105. « Les moyens seront optimisés ainsi que les ressources humaines, l’unité devra faire les choses ensemble. Les équipages seront mixtes, un pilote allemand et un pilote français pourront voler sur un avion allemand ou français ». Commandé par un français et secondé par un allemand, cet escadron pourra être amené à participer à des opérations extérieures. Mais les règles d’engagement peuvent être différentes selon l’endroit où l’avion de transport effectuera sa mission. « À l’image de l’ensemble des unités présentes sur la Base, l’escadron sera placé sous mon autorité » détaille le colonel. « Soldes, sanctions et discipline relèveront de l’état-major national ». Pour accueillir l’escadron, les travaux sont « dans le bon timing ». Des infrastructures provisoires ont été installées en attendant la livraison finale d’ici la fin de l’année. « Nous faisons intervenir des entreprises locales qui font un travail remarquable. L’unité sera composée d’une partie opérationnelle avec un hangar de maintenance, de parkings pour les C-130J, d’un bâtiment d’hébergement pour les militaires souhaitant être logés sur place ainsi qu’un bâtiment administratif franco-allemand ». Pas de barrière de la langue d’après le colonel puisque « la langue utilisée dans l’aéronautique est l’anglais », il est à noter un effort français quant à l’accueil de leurs homologues allemands. « À la boulangerie, une dame a reconnu mon accent et m’a offert un gâteau pour me souhaiter la bienvenue » se remémore le Lieutenant Birte. Souhaitant s’intégrer, les militaires allemands ont préféré s’installer sur l’ensemble du territoire. Et pour répondre à cette volonté d’intégration, l’Éducation Nationale a créé des sections internationales destinées aux enfants allemands et français. « Cela met en confiance les familles des soldats » souligne le lieutenant-colonel Armin.



Aurélie Bourgeaux
21/04/2021