Qui redonnera le sourire à la « Renaissance d’Évreux » ?


Le 8 mai est une date symbolique pour commémorer la fin du second conflit mondial mais également l’occasion de retracer une histoire plus « locale », celle de la ville d’Évreux, ayant fait l’objet de multiples bombardements entre 1940 et 1944. 

Détruite à plus de 50 %, la ville avait alors subi de lourds dommages et perdu de nombreux civils. Dix ans plus tard, le 13 juin 1954, un monument mémoriel était inauguré en présence du préfet de l’Eure de l’époque, Pierre Damelon et d’Armand Mandle, maire de la ville. Nichée sur un mur jouxtant le pont Eiffel, une statue symbolisant « La Renaissance d’Évreux » avait été érigée en mémoire des victimes civiles des bombardements et à la gloire de leurs sauveteurs ayant œuvré lors du bombardement du 12 juin 1944. Située rue de la Renaissance, cette statue de femme, œuvre d’un sculpteur boulonnais, Marc Barbezat, est devenue grise au gré des années et peu visible des ébroïciens. Énigmatique par l’absence de plaque commémorative, elle questionne… « Nous n’avons retrouvé que peu d’éléments sur cet ensemble sculptural mémoriel majeur dans l’histoire de la reconstruction d’Évreux » observe Elodie Bocquet, responsable des archives de la Ville d’Évreux et de l’EPN. « Afin de lui redonner son sens lié au devoir de mémoire, nous sommes plusieurs services à chercher les sources sur l’histoire de son édification. Des questions demeurent : pourquoi ce sculpteur en particulier ? Nous ne détaillons pas bien encore toute la symbolique portée par cette femme représentant la ville d’Évreux. Que tient-elle dans ses mains ? Si vos lecteurs possèdent des informations à son sujet, qu’ils n’hésitent pas à nous contacter ! ». L’emplacement actuel n’aidant pas à sa valorisation, il se trouve qu’en 1954, cette rue était un axe central qui descendait vers le centre-ville. À proximité de la gare, elle a été vraisemblablement positionnée là en raison des multiples bombardements subis dans ce quartier stratégique. « C’est une résurrection que symbolise l’œuvre de Mr Barbezat » évoquait Armand Mandle lors de son discours d’inauguration* le 13 juin 1954. En course pour obtenir son label de « Villes d’Art et d’Histoire », la ville recense toutes les informations patrimoniales permettant sa mise en valeur. « Mettre en lumière cette statue va de pair avec le recensement des statues présentes dans l’espace urbain » précise Elodie Bocquet. Et quoi de plus actuel que l’allocution d’Armand Mandle en ce présent bouleversé… « Dans cet enfer, malgré le danger des engins à retardement, spontanément, les équipes de secours s’étaient mises à l’œuvre avec un admirable dévouement. (…) À ces combattants de première ligne, il serait injuste de ne pas associer les services médicaux et sanitaires ».

Pour toute information utile permettant de lever les mystères autour de la statue, contacter Elodie Bocquet aux archives municipales.
archives@epn-agglo.fr
02 32 78 85 46 
( * extraits du discours d’Armand Mandle issus du livre de Julien Papp « Mémoires de la Seconde Guerre Mondiale dans l’Eure »)



Aurélie Bourgeaux
05/05/2021