Réception de deux véhicules fonctionnant à l’hydrogène


Deux véhicules fonctionnant à l’hydrogène ont été acquis par la Ville d’Évreux et l’agglomération Évreux Portes de Normandie. 

Ce sont deux Renault Kangoo ZE H2 (pour électrique et hydrogène) qui ont été réceptionnés (et testés) par Guy Lefrand, maire d’Évreux, Xavier Hubert, président de SIEGE27 (Syndicat Intercommunal d’Électricité et de Gaz de l’Eure) et Hubert Dejean de la Batie, vice-président de la Région Normandie en charge de l’environnement et de l’énergie. Inaugurés sur la station multi-énergie du Vieil-Évreux, ces deux véhicules seront dévolus au service déchets et l’autre au service courrier de la Ville. Depuis son lancement en décembre 2020, la station multi-énergie propose de l’hydrogène mais également du gaz et de l’électricité. Cette dernière fait partie du réseau régional EAS-HyMob (accès facile à la mobilité hydrogène), composée de 9 stations hydrogènes dont trois dans l’Eure portées par le SIEGE27. « Ici, nous sommes sur la première station multi-énergies de Normandie » précise Guy Lefrand.  En effet, elle est l’une des toutes premières plateformes en France à proposer l’association de deux offres énergétiques alternatives sur un même site. Qui dit politique de mobilité « propre », dit véhicules utilisant ces énergies alternatives. « Nous nous étions engagés à acquérir des véhicules à hydrogène » indique le premier édile. « L’objectif serait de passer à l’hydrogène pour les véhicules lourds d’Évreux et d’EPN. En 2022, nous aurons un camion benne à ordures ménagères avec un moteur à hydrogène et la liaison en car entre Évreux et Saint-André-de-l’Eure pourrait se faire à bord d’un car fonctionnant à l’hydrogène ». Les véhicules à propulsion hydrogène sont avant tout des véhicules électriques. Ils sont donc silencieux, ne produisent pas de pollution locale à l’échappement ni d’émissions de gaz à effet de serre. Ils présentent l’avantage de ne rejeter que de l’eau, ce qui permet d’éliminer les émissions de particules, soufre et oxyde d’azote. « Notre grand ennemi, c’est le CO2, et c’est ici, dans cette station hydrogène que nous le combattons » annonçait Hubert Dejean de la Batie. « Nous avons démarré cette politique en 2015, la Région Normandie était pionnière. Si cette station fonctionne à l’hydrogène classique, notre ambition est d’approvisionner les stations normandes en hydrogène vert ». La réponse pourrait être locale comme l’a précisé Xavier Hubert « Notre ambition à terme est de produire de l’hydrogène « vert » localement, pour être ainsi producteurs, distributeurs et utilisateurs d’hydrogène pour des flottes captives ».



Aurélie Bourgeaux
19/05/2021