Les lycéens associés à la Journée Nationale de la Résistance


La Journée Nationale de la Résistance a été célébrée jeudi 27 mai dans l’enceinte du lycée Léopold Sédar Senghor à Évreux. Les lycéens se sont particulièrement impliqués dans cette cérémonie.

La manifestation a permis de dévoiler une plaque à la mémoire d’André Biaux, le dernier déporté résistant eurois, décédé le 26 janvier 2021. Des extraits de témoignages de cette « figure de la Résistance », résistant à 17 ans, déporté deux ans plus tard, ont été lus par Lily Sautron et Inès Karoui, élèves du lycée Léopold Sédar Senghor. Le dévoilement de la plaque en hommage a été effectué par Jérôme Filippini, préfet de l’Eure, de Guy Lefrand, maire d’Évreux et président de l’EPN, et par Florian Ratto, petit fils d’André Biaux, « un transmetteur de mémoire et du souvenir ». Maelle Lillo, autre élève du lycée, a lu le poème de Louis Aragon, Strophes pour se souvenir. Alain Dutheil, président de l’Association nationale des anciens combattants et ami(e)s de la Résistance (Anarc), pour le comité de l’Eure, a lu le message de Pierre Martin, président de l’Anarc à l’échelle nationale, mettant notamment en avant « l’année 2021, une grande année mémorielle, celle du 80ème anniversaire d’évènements qui conditionneront l’issue de la guerre entamée depuis l’agression nazie contre la Pologne en septembre 1939, qui seront importants pour le développement de la lutte de Résistance en France ». Avant les dépôts de gerbes par les associations, les personnalités civiles et militaires, Jérôme Filippini a procédé à la lecture du message de Geneviève Darrieussecq, Secrétaire d’État auprès du ministre des Armées. Ce sont les lycéens du lycée Léopold Sédar Senghor qui ont chanté « Le chant des partisans », terme de cette manifestation dédiée à la transmission de la mémoire. « C’est normal de participer. La guerre et la Résistance, c’est heureusement très loin de nous. Cependant, beaucoup de nos familles ont vécu cette période et il faut tout faire pour rendre hommage à ceux qui se sont battus pour y mettre fin et éviter de la vivre à nouveau » assurent plusieurs lycéens.



Louis Lepretre
04/06/2021