Marc Fesneau est soutenu par la majorité présidentielle


Marc Fesneau vient se présenter aux élections régionales en Centre-Val de Loire. Il est à la tête d’une liste soutenue par la République En Marche.

Représenté en Eure-et-Loir par la liste portée par le binôme d'Anna Stepanoff, fondatrice de la Wild Code School à la Loupe, et par le député MoDem et démocrates apparentés de Châteaudun, Philippe Vigier, Marc Fesneau part à l’assaut de la Région Centre-Val de Loire avec le soutien du parti présidentiel, la République En Marche. Il entame sa vision de la Région par une attaque contre la majorité sortante de gauche : « Depuis près de 25 ans, c’est-à-dire une génération, la même équipe dirige notre région. Force est de constater que sa manière de gérer notre territoire n’a pas été à la hauteur des défis auxquels nous avons été confrontés. Pour construire un avenir à la mesure de son formidable potentiel, il faut une nouvelle majorité à notre région. Marc Fesneau propose un projet articulé autour de 3 axes :  un plan de relance avec la création d'un fonds souverain régional doté de 300 millions d'euros pour nos entreprises locales.  De grandes transitions sur les transports publics propres et adaptés aux besoins avec un pass domicile-travail moins cher pour les abonnements de train et l'aide aux transports à la demande pour les territoires isolés. L’inclusion avec un prix unique du repas à 2 euros dans les lycées et CFA, formation aux usages numériques pour tous, grand plan d'inclusion des personnes en situation de handicap et de soutien aux aidants. « Nos priorités seront l'aide aux acteurs économiques pour réussir la sortie de crise et engager les filières d'avenir, accompagner notre jeunesse en lui donnant les moyens de réussir et de rester vivre et travailler dans la région, protéger toutes les personnes qui se sentent éloignées des services publics essentiels ». Le candidat revient sur la crise sanitaire, économique et sociale, dont les conséquences ont été importantes pour les entreprises. « Ces difficultés ont touché une région déjà fragilisée par l’incapacité de la majorité sortante à anticiper les grandes mutations économiques, numériques et environnementales auxquelles sont confrontés les acteurs économiques. 



Annie Duval-Petrix
09/06/2021