Marcel Uderzo, un grand dessinateur resté un peu dans l’ombre


La famille Uderzo était ce qu’il convient d’appeler une famille d’artistes. Albert Uderzo, « papa » d’Astérix, a connu un succès planétaire, laissant un peu dans l’ombre son frère, Marcel Uderzo, auteur talentueux de très nombreuses BD.

Chez les Uderzo, une famille d’immigrés Italiens, le dessin était une affaire de famille, une passion que les 5 enfants partageaient. Né en 1933 et cadet de la fratrie, Marcel Uderzo est décédé à Évreux en janvier dernier à 87 ans, victime de la Covid. Moins connu que son frère Albert, son aîné de 7 ans et père d’Astérix, Marcel Uderzo va mettre son talent au service d’une centaine d’albums. « J’ai épousé un homme qui avait un grand talent et une extrême gentillesse. Son frère lui a fait de l’ombre pendant une dizaine d’années et il l’a employé et payé comme un maquettiste, alors que son travail permettait de sortir 2 albums par an au lieu d’un » regrette Monique Uderzo-Ott, son épouse, précisant que Marcel avait à son actif, dès 1964, les planches de « Tanguy et Laverdure » puis, dans un second temps, l’exécution des encrages et les mises en couleur du célèbre petit gaulois, jusqu’en 1979. « Il a participé à la création de 19 albums d’Astérix, qu’il a encré, colorisé et dont il a réalisé le lettrage. Comme beaucoup de ses amis, je reste convaincue qu’il n’a pas eu la reconnaissance qu’il méritait » ajoute son épouse, installée dans sa maison de Cocherel, le « QG de la BD » de Marcel Uderzo, qui travaillait tous les jours dans ce cadre verdoyant, tout en s’adonnant au jardinage, une de ses autres passions, « le dimanche après-midi ». En 1980, Marcel Uderzo a commencé une carrière en solo, en dessinant et en encrant 3 albums des « Aventures de Mathias », puis en adaptant avec son complice Moloch deux romans de Gérard De Villiers, avant de participer à certains albums collectifs. « À 87 ans, il dessinait toujours avec la même passion. Tout en achevant le tome 4 de « Mathias », il avait également des projets de western, un thème qui était cher à son cœur » ajoute Monique Uderzo-Ott.



Louis Lepretre
30/06/2021