La rénovation des quartiers au menu du conseil municipal


Le conseil municipal de Dreux s’est tenu le 29 juin avec à l’ordre du jour le retour sur le budget principal de l’année 2020 ainsi que des délibérations concernant la rénovation des quartiers des Bâtes et de la Tabellionne. 

Sébastien Leroux, adjoint au maire de Dreux chargé de la transition écologique, a présenté la délibération concernant les quartiers des Bâtes et de La Tabellionne : « Dans le cadre du NPNRU (Nouveau Plan National de Renouvellement Urbain), concernant les quartiers des Bâtes à Dreux, et de La Tabellionne, à Vernouillet, une convention pluriannuelle a été signée en date du 8 novembre 2019. Elle porte sur le quartier d’intérêt national. C’est le Quartier Politique de la Ville (QPV) qui présente les dysfonctionnements urbains les plus importants. La particularité de cette convention est de regrouper les deux quartiers limitrophes situés sur deux communes au travers d’un projet global de co-construction ». À cette proposition, Valentino Gambuto, élu socialiste de l’opposition, a précisé : « Nous allons nous abstenir bien que nous ne soyons pas contre le projet mais parce que nous n’avons aucune visibilité sur la situation où vous en êtes. Y aura-t-il une réunion pour nous informer de l’état de vos décisions afin que l’on puisse éventuellement vous suivre sur ce projet ? » Ce à quoi le maire LR de Dreux, Pierre-Frédéric Billet a rétorqué : « Oui c’est une bonne démarche. Nous avons remanié le projet qui ne nous semblait pas assez ambitieux pour le quartier. Nous allons y installer la cuisine centrale à la place d’une partie de l’école actuelle, refaire une nouvelle école avec une bibliothèque, une crèche, une salle polyvalente et la mairie de quartier. Ces infrastructures vont permettre de le restructurer avec des voiries qui viendront le désenclaver. Les projets seront présentés en conseil municipal lorsqu’ils seront consolidés. Nous y travaillons avec l’Agglomération, les services de l’État au niveau départemental et l’ANRU (Agence Nationale de Renouvellement Urbain). Il nous faut nous mettre d’accord. C’est un gros budget de 140 millions d’euros avec la Tabellionne. En 2004, l’État nous obligeait à reconstruire sur site. Désormais, c’est hors de question de reconstruire sur site, ce qui nous pousse à ne pas démolir mais à remettre en état des bâtiments qu’on voulait raser ». Le maire a rappelé que pour reconstruire ailleurs, il faut modifier le PLU (Plan Local d’Urbanisme). Une délibération a été présentée par le premier adjoint Jean-Michel Poisson dans ce sens. La Ville va signer une convention avec Eure-et-Loir Nature pour établir un inventaire de la biodiversité sur la commune. « Il est important de connaître la biodiversité de notre territoire. Elle sera sous-jacente dans le nouveau PLU qui sera établi d’ici 18 à 24 mois. Ce qui nous permettra de protéger nos forêts urbaines », indiquait le maire avant d’annoncer l’abattage d’un arbre centenaire au square de la République. Une branche s’est brisée et a blessé des passants. Malgré un bilan fait l’an dernier qui affirmait que tout allait bien. D’après les experts, il est devenu dangereux cette année. Nous devons faire ce choix mais ce n’est pas par plaisir ». De son côté, Aïssa Hirti, adjoint chargé des finances, est revenu sur le compte de gestion 2020 du budget principal. « Les résultats globaux établis par le comptable public sont égaux à ceux du compte administratif de la Ville et dégagent un excédent total de clôture de 7.512.297 €. De même, les dépenses de fonctionnement ont été réalisées à hauteur de 47.948.534 € et les recettes à hauteur de 53.133.679 €. Pour ce qui est de la section investissement en 2020, elle s’est élevée en dépenses à 18.358.059 € et en recettes à 25.553.146 €. Globalement, l’année 2020, était marquée par la crise sanitaire et économique ainsi que la tenue des élections municipales. À ce titre, elle reste une année particulière, empêchant la réalisation de certains investissements tout en générant des dépenses imprévues.



Annie Duval-Petrix
08/07/2021