SDIS : S’engager pour vivre sa passion pleinement


En France, ils sont 198 900 femmes et hommes à vivre leur engagement quotidien au service des autres en parallèle de leur métier ou de leurs études. Dans l’Eure, ils sont 2000 sapeurs-pompiers volontaires à œuvrer quotidiennement dans les différentes missions de secours. 

Portraits de deux de ces maillons indispensables… Âgée de 33 ans, Marion Aubrée est SPV depuis 2007. Devenue caporale-cheffe, la jeune femme entend bien gravir les échelons au fil des ans. En première ligne lors des départs de feu, Marion vit son engagement tel un challenge. « Je suis une femme de petite taille, je suis aussi capable qu’un homme de dérouler les tuyaux ». Si la passion du métier de pompier est née à la suite d’un déclic, elle n’est pas prête à quitter cette maman solo de deux enfants. « Mon oncle était SP professionnel à Évreux, à l’époque j’étais en sport étude gymnastique. Étant sportive, être pompier correspondait aussi à mon caractère dans le fait d’aider les autres ». Actuellement en double affectation sur les casernes de Conches et d’Évreux, Marion vit son emploi-du-temps à fond. Faire les manœuvres, le sport, réviser… et concilier le tout avec sa vie professionnelle et familiale. « Je suis de garde deux nuits par semaine et un week-end par mois. Ma mère m’aide beaucoup pour mes filles ». À un tournant de sa vie, la jeune femme vient de démissionner de son poste de responsable d’approvisionnement chez Cora pour reprendre des études de BTS. Devenu SPV depuis 4 ans et demi, Guillaume Siefen est affecté à la caserne de Damville. À 35 ans, il vit son engagement pleinement en étant de garde toutes les nuits et un week-end sur trois. Devenir pompier est un choix personnel mais aussi familial. « Je donne beaucoup de disponibilités grâce à mon épouse qui me permet d’assurer ». Papa de trois enfants, ce formateur de kinésithérapeutes à la Musse mène une vie bien remplie. « Être sapeur-pompier, cela m’apporte un équilibre. C’est complémentaire avec ma formation de base qui s’associe au soin de la personne. Le secours aux personnes totalise la majorité de nos interventions, et donner du temps aux autres, cela fait partie de ma nature profonde ». Altruisme, faire preuve d’esprit d’équipe, respect de la hiérarchie, patience et disponibilité sont pour lui les qualités requises d’un bon SPV. « Si on peut apporter un petit mieux dans la vie des autres, c’est une vraie belle expérience que je recommande à tous. Frappez à la porte d’un centre de secours, lancez-vous ! ».

engagement@sdis27.fr



Aurélie Bourgeaux
01/09/2021