Des voies saut-de-mouton pour éviter les retards des trains


400 usagers prennent chaque jour le train à Bueil et sont victimes de retards récurrents depuis de très nombreuses années. La Région Normandie va lancer un vaste chantier pour pallier cette situation.

Hervé Morin, président de la Région Normandie, était venu à Bueil en novembre 2019, pour inaugurer la nouvelle gare multimodale et évoquer les liaisons ferroviaires en Normandie, parlant « d’une situation calamiteuse », que ce soit au niveau des matériels vétustes ou des retards de train, à des usagers au bord de la crise de nerfs. « Depuis 30 ans, tous gouvernements confondus, on a laissé tomber le réseau ferroviaire Français et privilégié les trains à grande vitesse » avait lancé l’ancien ministre, promettant un très gros effort financier de 1,450 milliard d’euros. Il avait rencontré les membres du collectif BBB (Collectif du Bassin de vie des gens de Bueil et Bréval) et notamment promis « la réalisation de quais spécifiques à la gare Saint-Lazare et des trains neufs ». C’est précisément cette question qui était à l’ordre du jour du dernier conseil communautaire de l’Agglo d’Évreux Portes de Normandie (EPN), qui s’est tenu en juin à Évreux. « Les problèmes rencontrés sur la ligne Paris-Caen-Cherbourg sont liés au mélange des grandes lignes avec les lignes de banlieue SNCF, provoquant une sorte de goulot d’étranglement avant la gare Saint-Lazare. C’est un sujet majeur pour les usagers qui subissent des retards insupportables » a précisé Guy Lefrand, président de l’EPN. Une vaste opération baptisée « saut-de-mouton », permettra de créer des voies de banlieue passant au-dessus des voies grandes lignes, avec des quais d’arrivées dédiés. Ce vaste chantier permettra une mise en service du nouveau dispositif… en 2027. L’État financera à hauteur de 50 %, la Région 25 %, le Département 15 % et les intercommunalités concernées de 12,50 %. Le coût à la charge de l’EPN s’élèvera à 1 510 000 euros maximum. Les élus communautaires ont trouvé « regrettable » que la Région Île-de-France ne participe pas à cet investissement. Les usagers devront donc s’armer de patience pour bénéficier d’un réseau moderne et ponctuel, d’autant qu’ils subissent la « double peine », avec un « mur tarifaire » qui ne leur permet pas de bénéficier du tarif Francilien. La gare de Bueil est considérée comme une gare grande ligne avec une tarification hors de prix, alors qu’elle n’est distante que de 7 kilomètres de celle de Bréval, faisant partie du réseau Francilien, avec les avantages tarifaires qui s’y attachent.

 

Photo : En visite à Bueil pour l’inauguration de la gare, Hervé Morin avait annoncé un effort sans précédent de la Région pour le transport des voyageurs. (Photo d’archives)



Louis Lepretre
01/09/2021