Agriculteurs et chasseurs ensemble pour la biodiversité


Le Groupement d'Intérêt Cynégétique « Les Pierres Blanches » a signé un contrat de 3 ans avec 8 agriculteurs du canton d'Anet afin de favoriser la biodiversité.

Le GIC a été créé le 2 février 2018 et est composé de 8 territoires de chasse, situés à Anet, Oulins, Boncourt, Rouvres et La Chaussée d'Ivry, pour une superficie totale de 1704 hectares. 100 chasseurs y adhèrent via leur société de chasse, avec l'objectif commun de promouvoir la biodiversité dans le paysage agricole et de défendre les intérêts de la petite faune sauvage et de son habitat. « La chasse durable est notre priorité, nous ne sommes pas des tueurs mais des gestionnaires » déclare Emeric Lalandre, président du GIC. Pour cela, le groupement œuvre de multiples façons : agrainage, création de points d'eau, régulation des renards et corvidés, comptage des populations de lièvres, faisans et perdrix, aménagement des territoires et repeuplement des populations de perdrix grises. C'est ainsi que l'idée est née de proposer aux agriculteurs de ce territoire la création d'un corridor biologique en jachères mellifères. « J'ai fait le tour des fermes afin d'exposer notre projet, soit de cultiver une jachère de 6 mètres de large et 20 km de long en bordure des routes et des chemins qui sillonnent le GIC, soit 12 hectares au total » explique le président. Grâce à l'implication des agriculteurs, en grande majorité favorables au projet, le corridor a vu le jour au printemps 2021. Les mairies, le Département d'Eure-et-Loir, la Fédération des Chasseurs, le Crédit Agricole et des investisseurs privés ont permis le financement de ces aménagements prévus pour une période de 3 ans. Afin d'informer la population, des panneaux ont été disposés le long des axes routiers où se trouvent les jachères mellifères. On peut y lire « Agriculteurs et chasseurs protègent la petite faune sauvage et son habitat », une belle manière de valoriser les agriculteurs pour leur engagement. Les essences de plantes ont été choisies par la Chambre d'Agriculture d'Eure-et-Loir. Les perdrix apprécient particulièrement leurs graines, et le miel qu'elles contiennent attire les insectes, ce qui leur permet de se nourrir les 3 premières semaines de leur vie. « Il faut savoir que sur 10 perdrix qui couvent en mai, 50 % sont tuées par les renards l'été. Nous avons bon espoir que ces plantations permettent une belle reproduction dans les années à venir, pour remonter leur population, en fort déclin » explique Emeric Lalandre. 650 perdrix ont été lâchées cet été et les chasseurs du GIC ne s'autoriseront à en prélever que 20 % lors de la prochaine saison. Au terme des 3 ans, 2000 perdrix grises seront lâchées, provenant d'un élevage sélectionné par la Fédération des Chasseurs. Une première action et un premier succès pour le GIC, qui a encore beaucoup d'idées. « Nous souhaitons encore accroître notre partenariat avec les agriculteurs pour créer des zones de refuge pour le petit gibier qui se trouve sans abri après les moissons. Il y a encore du travail et des finances à trouver, mais nous sommes plein d'espoir » conclut Emeric Lalandre.



Charlyne Didelot
07/09/2021