Vernouillet relance son contrat local de sécurité


Le 29 septembre, Françoise Souliman, préfet d’Eure-et-Loir, était à Vernouillet pour relancer le Contrat Local de Sécurité et de Prévention de la Délinquance (CLSPD) de la ville en compagnie de Damien Stepho, maire de la commune.

À l’issue du comité de pilotage du Conseil Local de Sécurité et de Prévention de la Délinquance, Damien Stepho, maire de Vernouillet, et Françoise Souliman, préfet d’Eure-et-Loir, ont officialisé la signature d’un contrat dans ce sens. « Cultiver un langage commun, une stratégie commune et partager. En matière de sécurité, ce n’est pas si évident que cela. Nous travaillons en concertation avec Dreux », confie Damien Stepho. Le CLSPD a pour but de lutter contre la délinquance des jeunes et de la récidive ; de sécuriser les espaces publics et lutter contre les atteintes à la tranquillité des habitants et de lutter contre l’insécurité routière ». Les actions et les projets définis en partenariat entre l’État et la commune s’articulent autour de l’accueil, l’orientation et l’accompagnement des femmes victimes de violence. Les partenaires s’engagent à mettre en place un groupe de travail pour développer des actions de prévention avec le CICAT (Centre d’Information et de Conseil sur les Aides Techniques) et mobiliser l’ensemble des acteurs à lutter contre les lieux d’échanges des produits stupéfiants. L’État et la commune souhaitent développer la communication sur la Maison de Sécurité au Quotidien (MSQ) et réfléchir sur la faisabilité de TIG (Travaux d’Intérêt Général). Parallèlement, Vernouillet veut développer la vidéoprotection avec Dreux, l’Agglomération et l’État tout en relançant les ateliers veille et vigilance et autres mesures nécessaires pour améliorer le quotidien des citoyens. « Je suis contente qu’on se retrouve. C’est vrai que le CLSPD a été mis en sommeil pendant quelques années aussi bien à Dreux qu’à Vernouillet. Nous l’avons relancé depuis le printemps. Évidemment qu’on ne peut pas isoler Dreux de Vernouillet. La délinquance ne connaît pas de différence territoriale. Les effectifs de police sont largement renforcés pour lutter contre l’économie souterraine. C’est l’objectif de la signature de contrat de sécurité intégrée ».



Annie Duval-Petrix
07/10/2021