Bulle d'Air : un festival BD et plus si affinités


La Base 105 d’Évreux recevait, le week-end des 9 et 10 octobre, quatorze auteurs de bandes dessinées dans le cadre du festival Bulles d’Air. Pour sa 9ème édition, les amateurs du 9ème art et d’aéronautique étaient à la fête avec 2 500 visiteurs sur les deux jours. 
 
Profitant du soleil et de la superbe exposition statique, le public n’avait que l’embarras du choix. Ces deux jours étaient également l’occasion de découvrir les capacités de la Base, le festival étant le seul moment dans l’année où elle est accessible au public. Sur le tarmac étaient présents le C-160 Transall ainsi que le Transall Gabriel, ce dernier étant spécialisé dans les missions de renseignements. L’Avion Léger de Surveillance et de Reconnaissance (ALSR), le CN235-CASA, transformé en CASA Nurse, pouvant assurer le transport de malades et le C130J de l’escadron franco-allemand étaient également ouverts à la visite. À leurs côtés, les pompiers de la Base et l’Escadre Aérienne de Commandement et de Conduite Projetable (EAC2P) présentaient leurs missions au public. À noter la présence du Centre d’Informations et de Recrutement des Forces Armées (CIRFA), mobilisé pour promouvoir les métiers de l’armée de l’air. La visite se poursuivait auprès des auteurs BD pour échanger sur leurs nouveautés et glaner des dédicaces. En co-organisation du festival, la librairie ébroïcienne BDLib’ s’est réjouie d’un plateau qui montre bien l’étendue et la qualité des albums sur les thématiques aéronautiques et historiques. « On a beaucoup d’albums à présenter, on en choisit parmi l’actualité et parmi les récents » précise Didier Dupont, gérant de la librairie. « La présence de scénaristes, dessinateurs et coloristes permet de montrer l’étendue du travail dans l’élaboration d’une BD ». L’an dernier, lauréat du prix du public, le scénariste Wallace a confié la tâche de la réalisation de l’affiche du festival 2021 à Julien Camp, dessinateur. « J’ai représenté le C130J, récente dotation avec la création de l’escadron franco-allemand et le Transall à ses côtés, qui tire sa révérence ». Intéressé par l’aéronautique depuis tout petit, son baptême de l’air en Transall à l’âge de 10 ans l’a marqué. Après des études en arts appliqués, le dessin d’avion est venu sur le tard. C’est en 2012 que Julien Camp commence à faire des illustrations sur l’aéronautique puis se lance dans l’univers BD en 2014 avec la sortie la série Eagle, l’aigle à deux têtes avec Wallace, scénariste.


Aurélie Bourgeaux
11/10/2021