Les jeunes de l’IMPRO aux championnats de France de kayak


Du 24 au 26 septembre a eu lieu le championnat de France para canoë-kayak adapté sur les sites de Val-de-Reuil et Léry-Poses, deux jours intenses pour les jeunes de l’IMPRO Pierre-Redon d’Évreux. 

Un investissement à la fois sportif et bénévole pour 7 jeunes kayakistes et leurs 5 comparses mobilisés dans l’organisation des épreuves. Si rien ne présageait au départ une participation à cette compétition nationale, l’implication dont ils ont fait preuve lors d’un cycle kayak les a menés tout droit vers le podium. « Je souhaitais qu’ils découvrent le kayak, activité sportive de pleine nature » précise Émeline Revet, professeure d’EPS de l’IMPRO. « J’ai mis en place un cycle kayak le mercredi après-midi sur la base du volontariat au club Pagaie Passion de Val-de-Reuil, encadré par Serge Marcen. Les jeunes ont très bien fonctionné alors on a tenté les qualifications. Prévus dans le sud, les championnats ont finalement migré vers le nord, à Val-de-Reuil. J’ai alors demandé aux jeunes qui souhaitait poursuivre l’aventure, sept d’entre eux ont répondu positivement ». La pratique du kayak permettant notamment le travail de la gestion des émotions, il a fallu pour Océane, Lucie, Tanguy, François, Alexis, Julien et Alan ne pas hésiter à se jeter dans les gros bouillons et à prendre des risques. Sur les 85 participants, originaires principalement de la région Grand-Ouest, les apprentis-kayakistes ont dû défendre leurs couleurs sur trois épreuves : le slalom en rivière, la course en ligne sur 200 m pour travailler la vitesse et sur 1000 m pour le fond et l’épreuve d’équipage. « Le jour J, ils ont été au top de ce qu’ils savaient faire, plusieurs ont été médaillés dans les trois disciplines, soit 11 médailles en tout. Alan a reçu une médaille plus symbolique, celle de l’esprit sportif, car il a souhaité poursuivre sa course malgré une chute dans l’eau ». Âgée de 17 ans, Lucie n’était jamais montée dans un kayak auparavant. « À cause du courant dans la rivière, je me suis retournée, j’ai eu peur. Pendant l’épreuve sur le lac, j’étais gênée par la présence des autres à cause de leur regard sur moi. Mais quand j’ai reçu ma récompense, j’étais tellement heureuse que j’ai failli pleurer ». Indispensables pour le bon déroulement des championnats, cinq jeunes de l’IMPRO se sont mobilisés pour l’organisation ainsi que cinq autres anciens élèves de l’établissement, encadrés par Elodie De Paty et Manon Poupel, éducatrices spécialisées. Motivés, les jeunes souhaitent réitérer l’expérience l’an prochain.



Aurélie Bourgeaux
11/10/2021