La transition écologique de Dreux se dessine


Les premières assises de la transition écologique ont eu lieu mardi 5 octobre au Théâtre de Dreux. Nelson Fonseca est le premier conseiller municipal délégué de ce nouveau service, créé par la municipalité.

L’actuelle municipalité drouaise veut amplifier les actions en faveur de l’environnement. « Avec un budget de fonctionnement 150.000 € en 2021, nous allons passer à 300.000 € en 2022. C’est un enjeu politique majeur, constate Nelson Fonseca. La transition écologique n’est plus une option, il y avait une nécessité de mettre en place une politique globale pour protéger et valoriser le territoire ». Les assises sur la biodiversité et l’eau ont rassemblé les agents de la ville, les associations environnementales, Eure-et-Loir Nature, l’agence de la biodiversité, les élus de Dreux et des communes environnantes, des chefs d’entreprises et des associations sportives. « Nous avons déjà mené des actions concrètes : ne pas urbaniser le Quai aux arbres comme c’était prévu, la mise en place des vélos partagés, la candidature pour obtenir le label « Territoires engagés pour la nature », le pacte de sobriété foncière signé avec l’Agglomération et la décision d’élaborer un Atlas de la biodiversité communale, sans oublier le choix d’un entretien différencié de nos espaces verts et la dépollution du site de l’ancienne usine à gaz, à proximité de la Blaise, avec le recyclage du foncier ». La Ville compte développer la mobilité douce. « Nous nous sommes portés candidats pour élaborer une vraie piste cyclable sur le boulevard Pasteur pour connecter la future ZAC du Square à la gare. C’est un projet de 4 millions d’euros. Nous avons sollicité une subvention de 1,5 million d’euros auprès de l’État. Le lancement d’une brigade verte qui viendrait renforcer la police municipale pour traquer les dépôts sauvages et les pollutions ». Les élus veulent créer une cuisine centrale avec une légumerie et mettre en place le transport gratuit, reporté à cause du Covid-19. « Des études sont en cours pour effectuer des diagnostics de performance énergétique sur les 160 bâtiments publics mais avec un budget de 2,8 millions d’euros, nous savons que nous ne sommes pas performants. Il y a des économies à faire ».



Annie Duval-Petrix
18/10/2021