Évreux et Rüsselsheim, 60 ans d’amitié


Le 30 avril 1961, deux maires, Armand Mandle et le Dr Walter Köbel, unissaient leurs villes en signant une charte de jumelage. Une ville allemande, Rüsselsheim, située en Rhin-Main et Évreux, la Cité Jolie, scellaient alors une amitié forte dont ont été fêtés les 60 ans, le 15 octobre dernier. 

À cette occasion, les deux maires actuels ont mis les petits plats dans les grands pour célébrer dignement 60 ans d’échanges et d’amitié. Rien de tel qu’une bonne Oktoberfest pour accueillir les amis d’Outre-Rhin venus en nombre à Évreux. Organisée dans le parc de Trangis, celle-ci n’avait rien à envier à ses cousins germains avec chopes de bières, choucroute et bretzels à gogo servis dans un chalet venu tout droit de Munich. Pour célébrer ces noces de diamant, une délégation allemande a été accueillie au château de Trangis, emmenée par le maire de Rüsselsheim, Udo Bausch. Réalisations de plaquettes de part et d’autre retraçant ces six décades, photos et souvenirs à l’appui, les deux maires ont échangé discours, anecdotes et cadeaux en présence de nombreuses personnes. « Ce jumelage n’est pas le plus ancien, n’oublions pas celui de la ville de Rugby, signé deux ans auparavant, en 1959 » indiquait Guy Lefrand, maire d’Évreux, lors de son allocution. « N’oublions pas que des milliers de jumelages entre des villes situées des deux côtés du Rhin sont nés de la volonté de réconcilier deux nations déchirées par la guerre et la haine. L’objectif est atteint, nous travaillons ensemble à une coopération pacifique dans un esprit d’amitié et de liberté en favorisant les échanges. Notons que depuis 1961, plus de 10 000 personnes ont fait le voyage entre nos deux villes ». 60 ans de jumelage pour cette année 2021 qui marque également une étape supplémentaire de l’amitié franco-allemande avec la création de l’escadron binational à la Base 105. Unis dans les moyens de défense, ce sont 260 militaires franco-allemands qui œuvreront en commun au quotidien d’ici 2024. Le Lieutenant-colonel, Franck Dumora, et son homologue allemand, l’Oberstleutnant Maik, étaient conviés à la cérémonie. Tous deux ont pris le commandement dernièrement de l’escadron franco-allemand C-130J. « Cet escadron représente un défi, arriver à faire travailler les personnels ensemble tout en créant des moments de cohésion, des habitudes communes qui se répercuteront dans le côté professionnel et personnel. Former une communauté binationale demande des efforts mais qui sont largement consentis car notre mobilité est bien rodée et notre arrivée a été bien préparée » précise le lieutenant-colonel Dumora.



Aurélie Bourgeaux
27/10/2021