La SACRED reçoit une aide de 800.000 € dans le cadre du plan de relance


Le spécialiste de la transformation du caoutchouc, à Saint-Lubin-des-Joncherets, a obtenu une aide de l’État pour ses investissements en cette période de pandémie. La SACRED se modernise.

« La SACRED a été lauréate de l’appel à projets du programme France Relance. Elle a obtenu 800.000 € d’aides et nous sommes là pour voir sur place la réalisation des investissements engagés par l’entreprise grâce à cette aide », a confié Xavier Luquet, sous-préfet de l’arrondissement de Dreux, en visite à l’entreprise lubinoise, mercredi 27 octobre. Aux côtés de Gérard Sourisseau, président de l’Agglo du Pays de Dreux et du maire de la commune, Pascal Artéchea, le sous-préfet a été reçu par Didier Fégly, président de la SACRED, et son équipe. Le patron est revenu brièvement sur les 70 ans de la SACRED sur le territoire Drouais : « c’est en 1956 que la SACRED est arrivée ici en quittant Boulogne-Billancourt où elle a été créée en 1946. Je suis arrivé dans l’entreprise en 1981. À l’époque, le site comptait 550 salariés. Nous sommes passés par des phases de restructurations difficiles. Nous sommes des caoutchoutiers avec une forte présence dans le secteur automobile. Nous produisons dans 4 usines en France (Saint-Lubin-des-Joncherets, le Haut Rhin, l’Allier et le Rhône) et dans 4 usines mondiales (Chine, Mexique, Roumanie et Maroc). Notre centre de recherche et développement est implanté ici à Saint-Lubin ainsi que le siège central du groupe ». Didier Fégly a rappelé au sous-préfet que pour résister à la concurrence et aux variations du marché, l’entreprise a été obligée de se diversifier en direction d’autres clients. « L’ouverture de nos différents sites répond à la nécessité de se rapprocher des marchés. Par exemple, notre implantation en Chine s’est faite pour être proche du groupe Hutchinson. La même logique a été suivie pour le Mexique, la Roumanie ou le Maroc où nous avons suivi les fabricants français là-bas ». Aujourd’hui, le groupe SACRED constitue ce qu’on appelle une ETI (Entreprise de Taille Intermédiaire). Face à la pandémie du Covid-19 et aux difficultés du secteur de l’automobile, Didier Fégly a voulu se battre pour essayer de maintenir son chiffre d’affaires autour de 60 millions d’euros consolidés. « En 2019, nous avons fait un peu plus de 57 millions d’euros et en 2020, nous avons réalisé 51 millions d’euros dans un marché mondial perturbé. Lors de cette année, bizarrement, nous avons travaillé pour lutter contre le Covid-19 en produisant les élastiques des masques. En 2021 et jusqu’à fin mai, nous étions bien partis pour atteindre nos objectifs ». Mais voilà, la SACRED, comme tout le monde, subit la hausse des prix des matières premières (+ 40 %) sans pouvoir la répercuter chez les clients. Les volumes de commandes ont baissé progressivement. « Pour exemple, les commandes du secteur automobile ont baissé de 1,6 million en 2020 à 1 million d’euros cette année », assure le patron de la SACRED. Malgré tout cela, le groupe maintient ses engagements d’investissements qui ont atteint près de 3,5 millions d’euros pour l’ensemble du groupe. Le site de Saint-Lubin-des-Joncherets y a une bonne part. L’entreprise est déjà engagée dans une démarche de recyclage et de transformation du site pour diminuer son empreinte carbone : « nous avons ici une technicité pour le mélange du caoutchouc que personne n’a en France. L’État nous a aidé à hauteur de 800.000 € dont 450.000 € affectés à notre site lubinois et le reste sur d’autres sites. Nous allons pouvoir doubler notre capacité de production grâce à l’arrivée de cette nouvelle machine. Ceci n’est pas délocalisable. La chaîne de mélange que nous avons ici représente 5 millions d’euros d’investissement ». Malgré la réticence de Didier Fégly pour la robotisation, la réalité industrielle l’oblige à accompagner ce mouvement en augmentant là aussi, le volume de robots dans l’entreprise. Il a investi dans une chambre acoustique et une chambre de métrologie pour mieux tester ces produits.



Annie Duval-Petrix
04/11/2021