Une coulée verte sillonnera l’écoquartier


La friche industrielle des usines Grosdemouge et De Maville a disparu. Elle est devenue la Zac du square et va recevoir un écoquartier fort de 350 logements, d’un groupe scolaire d’une vingtaine de classes et d’une coulée verte en son centre.

Les riverains de la rue Jean-Jaurès ont longtemps souffert de la présence des friches industrielles des anciennes usines Grosdemouge et De Maville. C’est de l’histoire ancienne, la ville a initié un projet d’envergure pour ce vaste espace en créant un écoquartier doté d’un parc d’un hectare. « Grâce à l’aide de l’État, nous allons pouvoir créer un poumon vert au cœur de ce quartier du centre-ville et poursuivre la recalibration du projet en tenant compte des inquiétudes des habitants qui ne voulaient pas avoir d’immeubles en face de chez eux », explique Pierre-Frédéric Billet, maire de Dreux, en visite sur les lieux en compagnie de Xavier Luquet, sous-préfet de l’arrondissement de Dreux, Michel Poisson, premier adjoint en charge de l’urbanisme, et Damien Bonnet, chef de projet à la SAEDEL (Société d’Aménagement et d’Équipement du Département d’Eure-et-Loir). La ville investit 11 millions d’euros pour cette Zac qui comptera 350 logements au lieu des 450 prévus. Une école d’une vingtaine de classes remplacera l’école maternelle Victor-Hugo, vouée à la démolition et l’école Saint-Martin qui sera transformée en appartements de qualité avec accès à la Blaise qui sera découverte. Derrière la future école, qui devrait être opérationnelle à la rentrée 2025, une coulée verte d’un hectare sillonnera l’écoquartier de la rue des Prêtres à la rue du docteur Guersant. « Nous sommes dans une opération de requalification du centre-ville de Dreux avec une revitalisation du territoire. L’objectif est de proposer du logement qualitatif pour les classes moyennes en centre-ville en cohérence avec la gare. Il y avait là un sujet très important pour l’État qui est la reclassification des friches industrielles en zone d’habitat. Un projet exemplaire à cet égard avec recyclage des matériaux extraits sur place. Pour garantir le maintien du projet de coulée verte qui n’est pas rentable et afin d’éviter une densification de l’habitat, l’État, dans le cadre du plan France Relance, a mis en œuvre une subvention de 200.000 € », expliquait Xavier Luquet. « La volonté politique de la mairie est d’avoir un parc dans chaque quartier de la ville pour que chacun puisse profiter d’un parc ou se promener à moins de cinq minutes à pied de chez soi », indiquait le maire. « La SAEDEL a apporté une attention particulière à favoriser l’économie circulaire et le recyclage dans cette opération de démolition. 97 % des matériaux issus du chantier sont soit recyclés, soit réutilisés. Deux tiers de ces matériaux sont réutilisés sur ce site. 11.000 tonnes de gravats vont servir à faire des murs gabions pour paysager le parc et le reste à faire l’enrobé des voiries », indiquait Damien Bonnet. Une ancienne cuve de fuel de 17.000 litres, dépolluée, servira à récolter l’eau de pluie et faire une réserve d’eau pour arroser le parc. Le budget global de l’opération est de 20 millions d’euros pour toute la Zac du square avec les différents ilots prévus.



Annie Duval-Pétrix
04/11/2021