Le projet de ferme photovoltaïque devrait se concrétiser


Le projet d’implantation d’un parc photovoltaïque sur les pistes de l’ancien aérodrome de Saint-André-de-l’Eure date de plus de 10 ans. Relancé début 2020 et piloté par le SIEGE de l’Eure, il devrait enfin aboutir, en 2022.

Les anciennes pistes constituent un site idéal pour réaliser ce type d’implantation, « un des rares sur le territoire communautaire » souligne Xavier Hubert, président du Syndicat Intercommunal d’Électricité et du Gaz de l’Eure (SIEGE 27). Depuis le départ des militaires qui ont abandonné le site après le dernier conflit, (les pistes furent successivement occupées par les Français, les Allemands, qui avaient réalisé des pistes en béton, et par les Américains, durant le débarquement et la libération de la Normandie), c’est une surface de 30 hectares qui est inutilisée, occupée ponctuellement par les « teuffeurs » ou des rassemblements des gens du voyage. Le SIEGE est compétent pour relancer le projet et lors du conseil municipal de décembre 2019, les élus andrésiens ont accepté de signer une convention tripartite entre la commune, le SIEGE et l’agglo Évreux Portes de Normandie. « C’est un beau projet, et après les études de faisabilité préalables, les voyants sont plutôt au vert. Le projet semble bien engagé et un dépôt de permis de construire est envisageable pour 2022 » précise le président du SIEGE. Le projet suppose également une concertation avec les acteurs qui occupent une partie du site (le club aéronautique andrésien, les riverains, les chasseurs, l’association de la zone d’intérêt faunistique et floristique sensibles). La ferme photovoltaïque s’étendrait sur 14 hectares environ, « avec une production d’énergie significative ». « On parle beaucoup de transition écologique et il ne faut pas seulement en parler mais le faire. Ce qui est important, c’est que les collectivités publiques soient porteuses de ce type de projet, public et citoyen. Le SIEGE va amortir le coût du projet avec la vente de l’électricité produite, mais une fois amorti, la totalité des bénéfices reviendra au territoire » ajoute Xavier Hubert. Le président du SIEGE a organisé une réunion début novembre avec les maires du secteur, pour évoquer avec eux la programmation des travaux d’électricité prévus par le syndicat en 2022. 11 communes sont concernées et 6 sont sur une liste complémentaire. « La réunion a également permis de faire le point sur tout ce qui est fait en matière de transition écologique, notamment la pose de panneaux photovoltaïques sur les bâtiments communaux, les chaufferies au bois… Nous aimerions pouvoir agréger 4 ou 5 projets pour bénéficier du soutien de l’Agence De l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie (ADEME) » conclut Xavier Hubert.



Louis Lepretre
24/11/2021