Prolonger le Grenelle du handicap


À l’occasion de la Journée internationale des personnes handicapées, les élus d’Évreux ont planché, vendredi 3 décembre, sur les grandes lignes d’une politique d’inclusion des personnes en situation de handicap visible ou invisible.

« Notre Grenelle du handicap, c’est l’aboutissement de sept années de travail avec nos partenaires » confiait avant la réunion Francine Maragliano, adjointe au maire en charge du handicap, avec implication et enthousiasme. La ville accueillait à l’Hôtel de l’Agglomération, des partenaires du monde associatif, des institutionnels et des membres de l’Afnor (Association Française de Normalisation). « C’est un moment important et c’est la première fois que nous engageons ce type de démarche. C’est le résultat du travail engagé par Francine Maragliano et ses partenaires associatifs. Elle est devenue une référence au niveau du conseil municipal et de l’Agglomération et beaucoup de collectivités nous appellent pour bénéficier de nos conseils » a précisé Guy Lefrand, maire de la ville et président de l’EPN, rappelant qu’Évreux était désormais une ville pilote en matière de handicap (la ville a été distinguée deux fois au niveau européen, pour sa politique d’accessibilité des personnes en situation de handicap). « Pour moi, il s’agit d’un moment symbolique qui constitue aussi un point d’étape. 8 000 ébroïciens sont concernés et nous sommes donc loin d’une minorité. Au départ, en 2014, ce n’était pas un sujet très porteur. Nous avons procédé à un état des lieux, puis on a priorisé, en organisant des tables rondes avec des partenaires spécialistes du handicap, pour mettre en place une vraie politique d’inclusion, que ce soit au niveau du logement, des écoles, des loisirs, de la culture. Il fallait donner une voix à chacun, ni plus ni moins » a rappelé Francine Maragliano. « Il faut maintenant que nous parvenions à définir ensemble des pratiques qui seront accessibles à tous. Nous essayerons de donner encore plus de visibilité à votre action et de transformer votre retour d’expérience et vos suggestions en recommandations objectives, pouvant figurer sur un document de référence partagé par tous » a déclaré Jean-Michel Rémy, de l’Afnor. Julien Boscher, responsable du pôle santé handicap à Évreux, a rappelé que depuis sept ans, plus de 200 personnes avaient participé aux groupes de travail. « Il faut tirer les leçons de cette expérience pour promouvoir l’offre de service, construire des actions de sensibilisation et de formation, pour développer un environnement accessible » a-t-il précisé. Un grand chantier pour 2022.



Louis Lepretre
07/12/2021