François Hollande en visite à Dreux


François Hollande, l’ancien président de la République, était de passage à Dreux, lundi 6 décembre. Il a visité plusieurs lieux avant de rejoindre les militants socialistes au CinéCentre.

En arrivant à Dreux, lundi 6 décembre, François Hollande a été reçu par le maire (LR) Pierre-Frédéric Billet, à la mairie, au cours d’un accueil républicain, suivi de la signature du livre d’Or de la Ville. À l’invitation de la direction du lycée Branly, l’ancien président de la République a rencontré les élèves des ateliers Sciences Po. Le moment le plus populaire a été celui de la dédicace de son dernier livre, Affronter, à la librairie drouaise la Rose des Vents, où François Hollande a répondu aux questions de nombreux jeunes. En soirée, François Hollande, accompagné de Valentino Gambuto, chef de file du PS local, a rejoint les militants socialistes au CinéCentre. Il est revenu sur l’actualité de la campagne électorale des présidentielles : « Les jeunes ont parfois plus apprécié ce que nous avons fait que leurs parents. Dans toutes les interventions que nous avons à mener, nous devons donner la priorité à la relation humaine au-delà du contenu des politiques économiques. C’est ce que, peut-être, je n’avais pas bien expliqué lorsque j’ai parlé de la présidence normale. Il fallait comprendre qu’on devait se comporter normalement. Pendant la campagne de 2012 tout le monde avait compris que je n’étais pas normal mais on peut dire pareil pour mon successeur. Ainsi, on peut prendre des décisions dures et difficiles tout en restant simple avec les citoyens. C’est une demande forte de nos compatriotes », a confié François Hollande. L’ancien locataire de l’Élysée dit voir beaucoup de désordre de la vie politique : « entre une gauche éclatée, et ce n’est pas nouveau, la gauche a toujours été éclatée. Il lui manque une force principale pour l’emporter comme celle qui a permis à François Mitterrand de gagner en 1981, à Lionel Jospin de devenir Premier ministre et m’a permis d’être Président de la République ». La droite et l’extrême droite n’ont pas été oubliées dans le discours de François Hollande : « la Droite a été obligée de faire une primaire avec des candidats qui ont fait des surenchères sur les thèmes de la sécurité et de l’immigration. Elle a fini par désigner Valérie Pécresse, une candidate qui est, sans doute, la plus raisonnable.  Enfin, l’extrême droite et on en a deux : on voit que le Rassemblement National a peur d’être dépassé par la candidature d’Éric Zemmour. Les thématiques dont on pensait qu’elles touchaient la marginalité de la vie politique sont en train de trouver un écho dans une partie de l’opinion, comme les idées autour de Pétain ». Et avant de conclure, François Hollande n’a pas oublié son remplaçant à l’Élysée : « il y a aussi la situation du pouvoir qui peut se satisfaire du désordre devant lui. Cela peut permettre à Emmanuel Macron de dire si vous voulez écarter le pire, il faut me choisir ! Mais que va-t-il se passer après ? Le désordre politique actuel est très inquiétant. C’est ce que je viens d’écrire dans mon livre. On a besoin de savoir ce qu’Anne Hidalgo, candidate PS, va mettre comme propositions sur la table pour nous permettre de voter ».



Annie Duval-Petrix
13/12/2021