Clap de fin pour l’Amicale de Navarre


Vendredi 17 décembre, l’Amicale de Navarre organisait son traditionnel goûter de Noël. Malgré l’approche festive de Noël, ce temps fort de l’Amicale n’avait pas grand-chose de joyeux. 
 
Mines désabusées chez les habitants du quartier, déçus de dire au revoir à leur Amicale. En effet, en perdant son agrément, celle-ci ne recevra plus ses subventions, la Ville ayant annoncé la fin de son soutien lors du conseil municipal du 13 décembre dernier. « Les subventions de la Ville sont liées à l’agrément de la Caisse des Allocations Familiales » précise Roger Thelamon, président de l’Amicale. « Comme nous n’avons plus l’agrément, nous perdons les subventions. Sans elles, que devenons-nous ? ». Si la question de l’avenir des 8 salariés inquiète énormément le président, celle de l’après Amicale est centrale. « Nous pourrions réfléchir à une grosse structure inter-quartier où les différentes associations seraient regroupées en faveur desquelles nous agirions ensemble ».  Au rendez-vous, les habitants ont pu profiter malgré tout des ateliers créatifs menés par Alain Lamy et Bahia, de la Kizomba de Julie et Fred, du maquillage, de l’atelier light painting de la Manufacture et enfin poser avec la star du moment… Le Père Noël. 247 goûters ont été distribués aux enfants. Présente sur la place, la radio Principe Actif a reçu les habitants autour d’un Choco Papote. Déceptions et regrets ont animé les échanges suite à l’annonce de l’arrêt des subventions. « Mes enfants et moi-même ne manquions aucune des manifestations de l’Amicale, le quartier perd beaucoup avec sa disparition » regrette une mère de famille. Salarié de l’Amicale depuis 2017, Victor est agent d’accueil de proximité et d’accès aux droits. « Ce soir, je suis triste et perdu » annonce-t-il. « J’ai vu la précarité de ce quartier, les demandes des habitants qui ne s’arrêtent pas… Je regrette que tout ce que nous avons mis en place s’arrête, il y a des personnes âgées et isolées qui ont besoin qu’on les aide ». Président de l’Amicale de 2017 à 2019, Olivier Vermeulin a démissionné de son poste au Conseil d’Administration en mai dernier. « Je suis écœuré, on a laissé l’association s’affaiblir malgré nos différentes alertes. On a dit ensuite que celle-ci ne faisait pas son travail, ce qui est faux, il y avait une volonté que l’Amicale disparaisse. La Municipalité n’a pas écouté le CA ni les salariés, elle a soutenu la directrice. 6 mois plus tard, on en arrive là. Que vont devenir la vingtaine d’enfants de l’aide aux devoirs et la boutique solidaire de la rue Saint-Germain ? La Mairie a tout coupé sans rien proposer… ».


Aurélie Bourgeaux
24/12/2021