Dominique Hermier, plus décalé que jamais


Graphiste et photographe ébroïcien depuis 30 ans, Dominique Hermier a eu le temps de se définir un style résolument décalé. 

Après une prépa aux Beaux-Arts, une passion pour le dessin (encre de Chine, aquarelle), Dominique Hermier ouvre son agence de communication en 1991. Durant 20 ans de plaquettes, brochures, affiches et autre communication visuelle, il engrange ses idées. Listées dans un carnet, il les ressortira alors qu’il fait évoluer son activité entrepreneuriale vers l’indépendance et le free-lance. Des projets ? Dominique Hermier n’en manque pas, et le temps ? Il le prend après ces deux décennies consacrées à son agence de communication. En 2017, il crée une parodie du catalogue Ikea, IKEX, qui réunit tout le savoir-faire de l’artiste. « J’avais 12 ans de photos d’urbex prises dans toute l’Europe que je voulais montrer dans un format original, à contre-courant, en désacralisant mes photos. Ikea est iconique, tout le monde connait. J’ai donc créé ce catalogue avec ces lieux improbables, les textes plaqués sur les photos pour qu’il soit un véritable pied de nez au côté sacralisé de la photo ». Depuis, IKEX en est à son tome 3. Devenu un pseudo pour chacun de ses projets personnels, IKEX aura son préquel en juin. « J’ai prévu de refaire un numéro 1 de 52 pages qui se passera dans les années 70. La couverture sera usée graphiquement comme s’il datait de cette époque avec un côté flower power ». Roi de la récup’, IKEX aura aussi son numéro 4 avec Les Machins, robots en 2035. Mis en scène sur les photographies d’urbex, ils dysfonctionneront et feront n’importe quoi. « Je récupère et achète depuis plus de 30 ans, je suis en train de fabriquer 80 robots. 2024 sera pour moi l’année des robots, j’ai envie de créer une grande expo où d’autres artistes pourront se joindre à moi dans un lieu atypique ». À la suite de la sollicitation du Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et d’Environnement de l’Eure (CAUE27), pour l’élaboration d’une exposition concernant la désertification des centres-bourgs, Dominique Hermier a créé : Tout doit disparaître. « J’ai projeté une agence immobilière en 2051, en soulevant la question de ce qu’elle aurait à vendre ». L’agence No Futur présente dans ce catalogue tout son lot d’annonces absurdes et dénonce la construction à outrance alors que bon nombre de lieux sont abandonnés et désaffectés. Pensée pour être nomade, cette exposition s’adresse aux élus, partenaires locaux, agriculteurs, architectes…

www.dominique-hermier.com



Aurélie Bourgeaux
12/01/2022