Le concours d'attelage de retour à l'hippodrome


En pause depuis deux ans, le concours national d'attelage a repris ses quartiers le week-end du 1, 2 et 3 avril dernier à l'hippodrome d'Evreux Navarre pour sa 26ème édition.

Organisé par l'Association Départementale d'Attelage de l'Eure, l'événement a accueilli une cinquantaine de participants et 12 catégories représentées sur les trois épreuves reines de l'attelage : le dressage, la maniabilité et le marathon. Si le taux de participation est moindre qu'en 2019 (113 concurrents), la satisfaction de retrouver ce rendez-vous est intacte. « Le calendrier électoral, la hausse des prix du carburant et deux ans d'interruption nous ont fait du tort «  observe Bernard Cuvilliers, président de l'ADAE et du concours d'attelage. 

Idéal pour ce genre de manifestation, l'hippodrome était aménagé spécialement pour accueillir dans son écrin de verdure les trois épreuves. « Nous remercions la Ville d'Évreux et ses équipes techniques ainsi que le Conseil Départemental, Groupama, Cora et Royal Horse, nos partenaires ». 

Chevaux de trait, poneys et chevaux de sang étaient représentés dans les attelages en solo, en paires ou en team de 4 et ont concouru en catégorie amateurs ou bien élites. 

Qualificatif pour le championnat de France et sélectif aux concours internationaux, le concours a débuté le vendredi après-midi avec les épreuves de dressage élite. Le jugement porte sur une suite de figures imposées à différentes allures, le trot, le pas, les arrêts, le reculer sur une durée de 9 minutes. « Les juges recherchent la régularité des allures, le calme, l'assurance, l'agilité et l'attitude des chevaux dans le mouvement. Une note de présentation pour l'ensemble de l'équipage est également prévue, coloris du harnais, choix des accessoires, harmonie avec le style de la voiture et le cheval doit être toiletté ». 

Le samedi a accueilli les épreuves de dressage amateur et de maniabilité. Proche d'un parcours de slalom, les meneurs en maniabilité doivent passer des portes matérialisées par des cônes espacés d'1m40 sur lesquels reposent des petites balles jaunes. « Chaque balle renversée apporte 3 points de pénalité, de même que les secondes, au-delà du temps réglementaire ».

Le dimanche s'est conclu avec l'épreuve du marathon où l'équipage doit enchaîner 6 obstacles à prendre dans l'ordre. » La difficulté est de mémoriser le parcours pour le meneur « .  Le passage des obstacles étant chronométré, les concurrents doivent donc les franchir au plus vite.

Lors de la remise des prix, les lauréats ont reçu un trophée signé Laurence Michaut, sculptrice conchoise.



Aurélie Bourgeaux
06/04/2022