La crise entraîne déjà la hausse des impôts locaux


La première surprise pour les Vernolitains, à la suite de l’actuelle crise, se traduit par la hausse des impôts locaux pour rééquilibrer le budget 2022.

Un Vernolitain sur deux est concerné par la hausse des taux d’imposition qui va intervenir pour équilibrer le budget de la ville. Selon Damien Stépho, maire de la commune, cela coûtera « 6 € de plus par mois à l’échelle d’un foyer redevable d’une taxe foncière annuelle de 1.000 € ». Cette annonce a été faite lors du conseil municipal de Vernouillet qui s’est réuni, mercredi 6 avril, dans la salle du conseil. Damien Stépho a précisé que cette hausse de la fiscalité permettra juste « d’absorber le surplus de 500.000 € de frais de fonctionnement inscrits dans le budget de 2022 ». (200.000 € pour les carburants et matériaux et 300.000 € pour les salaires).

Vernouillet souhaite montrer à l’État « sa combativité à chasser des subventions et à nous prendre en charge ». Le maire Damien Stépho rappelle qu’au moment « du débat des orientations budgétaires, nous avions identifié la baisse des marges de manœuvre, la concentration de la part de l’État à cause de la suppression de la taxe d’habitation, les effets du Covid, une concentration inédite entre recettes et dépenses de fonctionnement et la baisse des dotations d’État. Malgré cela, nous avons voulu garder un certain volontarisme dans notre budget 2022 avec deux objectifs, développer les services publics pour les habitants et avoir un programme d’investissement ambitieux ». Ainsi, pour lui, la variable d’ajustement ne pouvait être que la hausse des taux d’imposition de la Ville. D’autant plus que la guerre en Ukraine ne pouvait être anticipée au moment de ce débat. « Un conflit mondial aux multiples répercussions, souligne Damien Stépho. La prévision d’une hausse des salaires des fonctionnaires prônée par plusieurs candidats à la présidentielle, de l’ordre de +3 % le point d’indice ». Le maire compare la différence de traitement dans les dotations de l’État, à l’image de la DSU (Dotation de Solidarité Urbaine) : « Elle est de 314 € par habitant à Dreux, contre 220 € à Vernouillet. On perçoit 25 % de dotations en moins que Mainvilliers, Dreux ou Lucé. Pourtant, on n’en fait ni plus ni moins que ces communes ayant les mêmes problématiques que nous ».

Gisèle Quérité, élue de l’opposition, condamne sans réserve la hausse fiscale. « C’est la double peine pour nos concitoyens en raison du désengagement de l’État. Les Vernolitains doivent déjà subir les hausses du coût de leur vie quotidienne mais aussi celles imposées par la collectivité. De plus, je ne vois pas de développement de service public. Cette hausse succède à d’autres hausses, comme celles de l’eau, de la cantine scolaire, etc. Pour les hausses, c’est du toujours plus. Les gens qui paient la taxe foncière ne sont pas que des riches ». Elle a reproché au maire d’annoncer ces hausses comme une machine sans prendre de recul et voir les difficultés des citoyens de la Ville.



Annie Duval-Pétrix
14/04/2022