Ivanice Tanoné en Terre sacrée


Dans le cadre du festival Les AnthropoScènes organisé par le Tangram, Ivanice Tanoné, une des rares femmes caciques brésiliennes, a été accueillie sur le site de Gisacum, samedi 7 mai, pour orchestrer une cérémonie sacrée de remerciement à la Terre-Mère.

À la tête du peuple Kariri-Xocó, ethnie indigène du Brésil composée de 80 personnes, elle est une des 17 cheffes caciques reconnues sur les 263 que compte le pays. Traditionnellement, les femmes doivent se soumettre aux hommes. Pourtant, elle a été choisie à 30 ans pour devenir cheffe, suite à un cancer qui aurait dû la condamner à mort. « C'est un miracle qu'elle soit encore en vie » observe Sabah Rahmani, anthropologue, spécialiste des peuples racines. « Dans mon rêve, mes ancêtres sont venus me soigner avec des plantes de la forêt secrète » dévoilait Ivanice en préambule de la cérémonie. Interprétant un chant sacré pour honorer les éléments du vivant, elle a ensuite utilisé sa pipe sacrée pour communiquer avec la nature et invoquer le Grand Esprit.

En connexion totale avec la nature, Ivanice a rappelé que son peuple vivait dans la forêt Mata Atlantica. Celle-ci subit le même sort que la forêt amazonienne. « Notre forêt a été détruite à 93 % depuis la colonisation et nous vivons sur 12 HA de cette forêt primaire ». 



Aurélie Bourgeaux
18/05/2022