Acquisitions foncières, charte associative à l'ordre du jour


Réunis lundi soir, les élus ont notamment voté l’acquisition de deux biens fonciers et approuvé à l’unanimité la charte associative de la ville d’Évreux.

Les conseillers ont accepté l’offre du promoteur immobilier Nexity qui propose de vendre un certain nombre de parcelles situées dans le quartier de La Madeleine, acquises en 2013 et en friche depuis plusieurs années, pour un montant de 180 000 euros. « C’est une opportunité pour la commune, avec une superficie non négligeable de 6 000 m2. Pour l’heure, nous n’avons pas encore de projet arrêté pour ce site » a précisé Guy Lefrand, maire de la ville. « C’est un échec regrettable et il serait intéressant de savoir pourquoi le projet n’a pas abouti et les raisons qui poussent la ville à intervenir maintenant » a demandé Timour Veyri, conseiller d’opposition. « C’est un échec de Nexity. Ils n’ont pas su gérer ce projet sur le territoire et cela leur coûte de l’argent. Ils nous ont fait une offre qui est intéressante et nous la saisissons » a complété le maire.

Françoise Luvini, adjointe au maire en charge de l’urbanisme, a présenté la délibération concernant l’acquisition d’un bâtiment industriel situé rue Lavoisier , « d’une surface de 7 200 m2, élevée sur une parcelle d’un hectare, pour un montant de 1 500 000 euros ». Le bâtiment dispose d’une halle de distribution, de bureaux, de locaux sociaux (vestiaires), de locaux techniques, de sanitaires et de quais de déchargement. « Cette structure permettra d’améliorer les conditions des agents de la ville et d’améliorer les surfaces de stockage pour différents services. L’EPN utilisera une partie des locaux et s’acquittera d’un loyer pour les surfaces occupées » a précisé Guy Lefrand, ajoutant que cette acquisition « mettrait fin à des conditions de travail totalement inacceptables pour des centaines d’agents, notamment ceux travaillant au service déchets ménagers, tout en mutualisant les coûts de fonctionnement de nos différentes structures ». Timour Veyri s’est étonné « qu’il ait fallu plus d’un mandat pour résoudre des conditions de travail qui sont qualifiées d’inhumaines ». « Depuis notre arrivée aux affaires, nous avons déjà beaucoup fait, et nous avons mis du temps à trouver des solutions locales, qui ne coûtent pas trop cher et correspondent à nos besoins. On peut aussi être surpris que tout cela n’ait pas été traité par votre équipe, avant 2014 » a répondu le maire.

Les élus ont également décidé la mise en place d'une charte associative de la ville d'Évreux. « La ville souhaite réaffirmer son attachement à la vie associative et proposer à ses partenaires associatifs, la création de cette charte qui, sur la base d'engagements réciproques, renforce les relations partenariales, tout en préservant l'indépendance des associations » a détaillé Geoffrey Cariot, adjoint en charge des associations. Un document qui restera « dans l'esprit de la loi de 1901, et qui rappelle certaines valeurs comme le vivre ensemble, la laïcité ». « C'est un des dossiers les plus importants que nous ayons eu à traiter durant ces derniers mois et cette charte permet une clarification sur le rôle et les responsabilités des parties prenantes » a estimé Guillaume Rouger, conseiller d'opposition. « Engagement fort entre les associations et la ville d'Évreux », la charte a notamment pour objectif de favoriser l'engagement citoyen et de permettre l'épanouissement individuel et le renforcement de la cohésion sociale.



Louis Lepretre
18/05/2022