Des élèves du lycée Branly au secours du patrimoine


Les lycéens d’Edouard-Branly à Dreux inscrits en Histoire des Arts s’engagent pour le patrimoine local en adhérant à la campagne lancée par la fondation La Sauvegarde de l’Art Français.

Mardi 2 février, dans la salle de conférences du lycée Branly à Dreux, les élèves inscrits en Histoire de l’Art ont lancé la campagne « Le plus grand Musée de France », un dispositif qui a vu le jour en 2013 par l’association La Sauvegarde de l’Art Français, communément appelée La Sauvegarde. Olivier de Rohan, président de la fondation, Pauline de Poncheville, responsable du dispositif, Evelyne Mège, inspectrice d’académie, Damien Chantrenne, conservateur du musée d’art et d’histoire de Dreux, et Xavier Luquet, sous-préfet de l’arrondissement de Dreux, étaient présents. En compagne de Jean-Bernard Sauvageon, proviseur de l’établissement, et Joël Dubos, leur professeur d’histoire des arts, les élèves ont découvert sept objets mobiliers du patrimoine local nécessitant une restauration. La Vierge de pitié en pierre, d’Allainville, Marie-Madeleine au pied de la croix, huile sur toile de l’église Saint-Pierre de Dreux, Saint-Grégoire-le Grand, huile sur toile de l’église Saint-Pierre de Dreux, Sainte-Barbe en pierre de Louvilliers-en-Drouais, Saint-Jean en pierre de Saint-Jean-de Rebervilliers, Croix avec anges en bois peint de Saulnières et Le sacrifice d’Isaac, huile sur bois de Vert-en-Drouais. Dans les prochains mois, les élèves seront amenés à choisir une de ces œuvres dont la restauration sera financée par la fondation. « Les objectifs pédagogiques vont permettre aux élèves de se familiariser avec les lieux patrimoniaux en observant les œuvres sur site, acquérir des compétences méthodologiques, présenter et analyser une œuvre, comprendre son environnement culturel et prendre conscience des enjeux et des contraintes liées à la préservation du patrimoine, rencontrer des professionnels et découvrir les métiers du patrimoine, mutualiser et communiquer, apprendre à débattre et dégager un consensus. Enfin, les élèves vont réaliser une synthèse et un concours photographique », détaillent les responsables. Une enveloppe de 10.000 € sera attribuée pour la restauration de l’œuvre choisie par les élèves.



Annie Duval-Petrix
03/02/2021